Collecte d’objets dans le cadre de l’exposition sur les Chantiers Ziegler !

mercredi 30 janvier 2019
par  François DART
popularité : 100%


Nous recherchons des documents, objets, et en particulier un drapeau ou un pavillon !

Si vous pouvez nous aider, répondez à ce message, ou envoyez un mail à

amisdumusee(@)museeportuaire.fr

https://www.facebook.com/pg/ACF.DUNKERQUE/posts/

Les industries métallurgiques, construction et réparations navales

En dehors de l’usine Firminy, presque toutes les autres entreprises se rattachaient plus ou moins à la construction et à la réparation navale.

Cette branche occupait, en 1957, plus de 5 300 salariés, effectif en nette augmentation sur celui de 1954, date du recensement (4 610 salariés).

Près de 40 établissements occupaient plus de 10 personnes.

Mais, au sein de cette branche, il régnait une grande disparité quant à leur taille et leur activité. Le chef de file, les Ateliers et chantiers de France (ACF) occupait en 1957 3 000 salariés (2 000 à 2 500 entre 1952 et 1954), les chantiers Ziegler environ 300, les chantiers des Deux-Synthes 400, les ateliers de réparation Beliard et Crighton 400, les ateliers d’une compagnie maritime
complexe, près de 150, une entreprise de carénage 150 également, soit plus de 75% de toute la main-d’œuvre employée.

C’est en premier lieu la grosse métallurgie qui s’installe : construction navale et aciéries.

Les ACF était la principale entreprise de la région. Ils se sont implantés à partir de 1898 au bord d’une anse débouchant dans le chenal de l’ancien port.

A l’époque, ils disposaient de grandes commodités pour le lancement des navires, et d’espaces libres assez vastes.

La réception des matériaux n’offrait aucune difficulté par la mer ou par voie d’eau ; une voie ferrée de raccordement longe encore le chenal puis les vieux bassins. Dès avant 1914, le nombre de 18 cales s’est accru, et l’activité s’est étendue à la construction de machines marines, à la grosse chaudronnerie.

Les autres chantiers étaient les chantiers Ziegler : dans la première section de ce même chapitre nous avons vu également que la famille Ziegler a été portée par une dynamique locale. Bien plus modeste, que les ACF, cette entreprise représente la plus ancienne entreprise navale, fondée sous le Second Empire et qui fut la première à construire des navires à coque métallique. D’abord, c’était une entreprise familiale, puis elle s’est constituée en société anonyme.

Ces chantiers fabriquaient de petites unités, chalands, remorqueurs, petits cargos.

En outre, l’entreprise fabriquait des chaudières, des moteurs, réparait et entretenait les navires.

Ces installations étaient situées près d’une forme de radoub dont elle est concessionnaire, des ateliers de mécanique, forge, tuyauterie et chaudronnerie au quai de l’Île Jeanty. De toute évidence, cette firme complète l’activité des ACF. avec lesquel s les liens étaient solides ; selon les besoins, cadres et ouvriers des deux entreprises peuvent être employés à l’une ou l’autre. Des rapports existaient donc entre la grande entreprise et les petites entreprise
(relations de coopération, sous-traitances) au sein de l’économie dunkerquoise.


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur